La pensée de Kūkai – Etude #3

Etude

La pensée de Kūkai – Etude #3

Le Second Mystère – L’intimité de l’esprit

Au sein des enseignements spirituels Japonais, existe la triple discipline du corps, de l’esprit et de la parole, généralement nommée san mitsu 三密 (ou : san himitsu), ce qui signifie « les trois secrets » ou « les trois mystères ».
Vous trouverez de brèves présentations du san mitsu dans les articles Exploration 6 et La pensée de Kūkai – Etude #1. Les deux prochains articles ont pour vocation de rentrer plus en détail dans cette compréhension de ces trois mystères par Kūkai (voir article précédent Le Premier Mystère – L’intimité de la parole)

La pratique Shingon des Trois Intimités/Mystères de la parole, de l’esprit et du corps vous permet d’imiter le Bouddha Cosmique Dainichi Nyorai (ou Birushanabutsu / sk. Mahāvairocana). Selon les mots de Thomas Kasulis, les Trois Mystères vous permettent « d’appréhender l’univers comme une indication du style personnel de Dainichi, en harmonisant délibérément vos propres styles corporels, verbaux et mentaux avec ceux de Dainichi « . Dans mon dernier article, je me suis concentré sur l’intimité de la parole – la récitation de mantras. Je vais maintenant passer à l’intimité de l’esprit – la méditation sur les mandalas.

Posséder l’Essence

Thomas Kasulis écrit : « Les actions de Dainichi ne remplissent pas simplement l’univers de résonance ; elles lui prêtent également une structure et un motif, ce qui est compris comme la fonction mentale de Dainichi.. le mantra est à l’intimité verbale ce que le mandala est au mental. Le terme sanskrit mandala (Jp ‘mandara’) signifie simplement ‘cercle’, un nom approprié compte tenu de la forme de base des mandalas eux-mêmes : des ensembles de cercles, concentriques ou juxtaposés dans des zones quadrillées. Dans l’ancienne vie religieuse indienne, les mandalas étaient initialement dessinés comme un site où les divinités se rassemblaient lors de rituels. Les érudits Shingon interprètent souvent l’étymologie du mot mandala comme signifiant « posséder l’essence ». L’essentiel de quoi ? De l’univers comme activité de Dainichi. Ainsi, un mandala est un site sacré, ce que j’appelle un point d’entrée holographique dans la pratique Shingon, c’est-à-dire un point où le pratiquant se reconnaît comme faisant partie de Dainichi (le Tout) et en même temps une réflexion holographique de la configuration de ce tout.. En un sens, en me concentrant sur un mandala, mon esprit se concentre sur ses propres configurations mentales qui sont, à leur tour, la configuration du Tout ».

Deux aspects d’une même réalité

Au cœur de la pratique du mandala Shingon se trouve le mandala des « deux mondes » (Monde du Diamant et Monde de la Matrice) – basé sur les deux sūtra que le maître chinois de Kūkai, Huiguo, lui avait transmis: le Mahāvairocana Sūtra et le Vajrasekhera Sūtra (également appelé Sarvatathāgatatattvasamgraha Tantra). Le mandala de l’Utérus, (Skt garbha ; Jp Taizōkai) également appelé mandala de la Matrice, est basé sur le premier, tandis que le Royaume du Diamant (Skt Vajradhātu ; Jp Kongōkai) est basé sur le second. Ces deux mandalas ont évolué séparément en Inde et sont entrés en Chine par des voies différentes, mais en Chine, ils ont ensuite été considérés comme formant une paire. Le mandala de la Matrice est accroché sur le côté ouest de l’autel Shingon et représente le jeune Mahāvairocana; le mandala du Diamant est accroché du côté est et représente le Mahāvairocana pleinement réalisé. Les deux mandalas sont dits « non-duels », c’est-à-dire qu’ils représentent deux aspects d’une même réalité. « Du point de vue philosophique, nous pouvons considérer le Mandala de la Matrice (..) comme une représentation du principe de ‘l’incarnation cosmique qui expose la vérité’1L’idée de la prédication exercée par le Corps de la Loi – hosshin seppō (..) En visualisant le mandala, vous entrez donc dans la structure la plus profonde et la plus intime de l’univers, la source de tout. En effet, le mandala exprime picturalement la fonction procréatrice ou, plus précisément, émanative des activités de l’incarnation cosmique ».

mandala du diamant et mandala de la matrice
A gauche, le Mandala du Diamant / A droite, le Mandala de la Matrice

Métaphysique Vs. Metapraxis

« Tandis que le Mandala de la Matrice représente le principe métaphysique, le Mandala du Diamant représente l’atteinte de la sagesse (chi) (..) Contrairement à l’organisation concentrique du Mandala de la Matrice, les neuf carrés du Mandala du Diamant sont généralement interprétés comme une spirale symbolisant le flux de l’autonomisation spirituelle dans la pratique. (..) Dainichi est à nouveau au centre et l’autonomisation du Bouddha se déplace dans le sens des aiguilles d’une montre autour du mandala. (..) Si nous pouvons associer le Mandala de l’Utérus au ‘bouddha cosmique qui expose la vérité’, hosshin seppō, nous pouvons penser que le Mandala du Diamant est lié au principe de sokushin jobutsu, ‘ce corps même atteint bouddha’. C’est-à-dire qu’il décrit les progrès vers l’illumination et son accessibilité immédiate. »

Kasulis ajoute que « nous pourrions dire que hosshin seppō caractérise la métaphysique Shingon, la structure d’incarnation derrière les événements (physis), tandis que sokushin jobutsu caractérise la métapraxis Shingon, l’incarnation de la structure derrière la pratique ».

Pour aller plus loin..

Si vous êtes curieux de connaître l’origine des deux mandalas, vous voudrez peut-être écouter la conférence (en anglais) du Dr Kimiaki Tanaka à l’Université SOAS (School of Oriental and African Studies) de Londres. Cet érudit a passé les cinquante dernières années à étudier les mandalas dans les écoles ésotériques tibétaines et japonaises et il a publié « Une histoire illustrée du mandala, de sa genèse au Kālacakra-tantra »

Vous pouvez également vous reporter à cet article sur l’école Shingon

Sources :

Thomas P. Kasulis – « Engaging Japanese Philosophy »

Aymeric.G

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.