Reiki: Abandonner le « Je »

Reiki

Reiki: Abandonner le « Je »

L’ensemble du système Reiki Usui Ryōhō est basé sur l’abandon du « Je » duel et la compréhension de notre unicité. Dans le livret de l’organisation de Mikao Usui les préceptes / idéaux du Reiki figurent sous cette forme. Tenter de les traduire d’une manière qui parait acceptable par notre esprit occidental en y intégrant le « Je » afin de rendre la version modifiée plus implicante et moins directive semble pervertir l’idée originelle…et par conséquent la transmission de l’enseignement et de la lignée.

Les préceptes sont de l’ordre de cinq:

… IKARU NA
… libère toi de la colère 

… SHINPAI SUNA
… libère toi de toute préoccupation

… KANSHA SHITE
… montre de la gratitude

… GOO HAGE ME
… sois vrai sur ton chemin et envers ton karma

… HITO NI SHINSETSU NI
… éprouve de la compassion pour toi et pour tout ce qui vit

Si nous observons les préceptes / idéaux uniquement d’un point de vue superficiel, nous ne voyons pas que leur essence se révèle à l’abandon du « Je »; mais si nous y prêtons attention, cela apparaît évident. Posons nous quelques questions et voyons quelles en sont les réponses.

Qui se met en colère ?
Je suis celui / celle qui se met en colère

Qui s’inquiète ?
Je suis celui / celle qui s’inquiète

Qui n’est pas reconnaissant ?
Je suis celui / celle qui ne suis pas reconnaissant(e)

Qui n’est pas vrai sur ton chemin et envers ton karma ?
Je suis celui / celle qui n’est pas vrai sur ton chemin et envers ton karma

Qui n’éprouve pas de compassion pour moi et pour tout ce qui vit ?
Je suis celui / celle qui n’éprouve pas de compassion pour moi et pour tout ce qui vit

Préceptes Reiki  – Une Autre Perspective

Envisagés sous une autre perspective, ces préceptes prennent tous leurs sens dès lors qu’ils ne sont plus liés au « Je ». Si nous l’abandonnons, alors il n’y a pas de « Je » qui puisse s’inquiéter ou se mettre en colère ; aucun « Je » qui n’est pas reconnaissant(e) ; aucun « Je » n’est pas vrai sur ton chemin et envers ton karma ; aucun « Je » n’éprouve pas de compassion pour lui/elle et pour tout ce qui vit.

Cependant, il semble que dans de nombreux enseignements du système Reiki Usui Ryōhō, on tente de s’y raccrocher, plutôt que de graduellement (et qui sait, peut-être un jour définitivement) l’abandonner.

Prenons l’exemple d’un soin classique: lorsque nous sentons quelque chose en réalisant un soin, nous commençons généralement par classer notre ressenti: chaleur, picotements, etc. Dès que ce ressenti est classé en tant que tel, nous avons tendance à nous dire: « Parce que que ressens ceci ou cela, je dois maintenant utiliser ce symbole ». Ou nous pouvons également être tentés de nous dire « Parce que je ressens ceci ou cela, cela signifie que mon patient à un problème sérieux ».

Classer, distinguer et juger..tout vient du « Je »

« Je ressens ceci ou cela, aussi vais-je faire ceci ou cela à mon patient ». Outre le fait de « faire » plutôt que d' »être », nous nous agrippons plus fort au « Je » en classant, distinguant et jugeant. En nous posant ces simples questions, « qui classe? », « qui distingue? », « qui juge? », nous nous rendons compte que toutes les réponses sont les mêmes: c’est le « Je ».

A propos de la Pleine Conscience

Mikao Usui a également ajouté la pratique de la pleine conscience à son enseignement, comme le Joshin Kokyu-Ho (« Méthode de respiration pour nettoyer l’esprit »), ou la concentration sur un mantra ou un symbole.

« La pleine conscience nécessite l’observation, mais elle doit être libre de toute interprétation et de tout jugement. » ~ Tarthang Tulku

Ces pratiques de pleine conscience sont également là pour nous aider à nous libérer du « Je », afin que nous puissions atteindre l’enseignement ultime du système Reiki: juste Etre.

Juste Etre

Lorsque nous « Sommes » avec nos patients, nous entrons dans un état d’unité qui ne peut être atteint lorsque le « Je » est impliqué. Car dès lors qu’il existe un « Je », il existe un « Moi » et un « Toi » et soudain, nous sommes séparés.

« Etre Reiki » est l’essence de l’enseignement de Mikao Usui ; mais pour juste « Etre », nous avons besoin d’abandonner le « Je » ;  » Juste Etre », c’est entrer dans un total état de non-dualité, c’est redevenir notre Essence, notre Soi Véritable.

QUESTION: Est-ce qu’abandonner le « Je » signifie que nous perdons notre belle humanité – nos croyances, notre belle voix, notre amour pour le chocolat noir ? – et que nous devenons fade, sans identité, une personne sans visage et sans opinion qui traverse la vie ?

Non; cela signifie simplement que nous abandonnons l’attachement à des pensées telles que « Je suis une meilleure personne que toi parce que je pratique depuis 5 ans alors que tu ne fais que commencer », « Ma voix est plus plaisante à entendre que la tienne car j’ai une intonation parfaite », ou « J’ai un palais plus sophistiqué que le tiens parce que j’aime le chocolat et toi la vanille ». Bien que chacune de ces actions – comparer, classer, distinguer, juger –  puisse être vraie pour notre esprit humain, elles créent toutes un clivage.

La séparation est un nuage

La séparation – s’accrocher au « Je » et au « Tu » – est comme tenter de s’accrocher à un nuage, quelque chose de temporaire et d’impermanent. Au contraire, si nous pratiquons la pleine conscience « libre de toute interprétation et de tout jugement », si nous pratiquons le système Reiki de cette manière, nous pouvons commencer à nous libérer du « Je » et nous raccrocher à quelque chose qui a toujours été (et est encore) en nous, notre Soi Véritable. En faisant cela, nous pouvons juste Etre.

Aymeric.G
1 commentaire
  • Aude
    Répondre

    Ton article est tellement inspirant ! wahou ! Il répond à des questions que je me posais sur le reiki comment le pratiquer et comment l’être justement ! Je te raconterai comment j’ai senti mon « je » disparaître quand j’ai posé ma main sur le 3eme œil d’une vache !
    Et il fait écho au livre que j’ai fini hier et que j’ai adoré ! (siddhartha de Herman Hesse) c’est le parcours initiatique d’un jeune fils de brahmane qui atteint la sagesse en comprenant qu’il n’est pas « je » qu’il est tout à la fois le nirvâna et le sansara le moi le toi que rien n’est unilatéral et isolé que tout est relié l’écorce d’un arbre une pierre lui et que ce tout c’est l’amour.
    Merci !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.