De la nature du processus de « guérison »

Développement Personnel

De la nature du processus de « guérison »

Ou en est aujourd’hui, en France, la compréhension du processus de guérison ? Il n’est pas aisé de mettre ce dernier dans une case, parce qu’il englobe de nombreuses choses. Mais d’un autre côté, cet effort en vaut la peine, car dans une société qui fait aujourd’hui de plus en plus appel aux médecines alternatives / traditionnelles / non-conventionnelles, il est temps d’écarter les concepts erronés et de transmettre quelques détails importants quant aux tenants et les aboutissants de la guérison.

Il existe de nombreuses fausses croyances à propos de la guérison car ce n’est pas nécessairement un sujet connu en société. La plupart des gens la conceptualisent en fonction de ce qu’ils savent de la médecine moderne. Cela mène à des incompréhensions, car elle possède ses propres principes directeurs, son fonctionnement interne et ses qualités intrinsèques.

Qu’est-ce que la guérison ?

Elle est centrée sur la personne, là où la médecine est centrée sur la maladie et le traitement. Elle guérit la personne, là où la médecine cherche une cure à des symptômes spécifiques. Elle est à propos de l’humanité. Elle agrège l’humanité, la vie et la société dans la même sphère, car l’intégrité est un effort commun.

Tenter de comprendre ce concept d’un point de vue médical est voué à l’échec, car en réalité, elle possède sa propre histoire et sa propre tradition depuis l’origine du monde. Les chamans du monde entier ont été les premiers guérisseurs.

« Les chamans amérindiens pratiquent la médecine énergétique depuis plus de cinq mille ans. Certains experts estiment même que leur lignée spirituelle est encore bien antérieure. Bien que les premiers habitants de l’Amérique aient possédé un savoir astronomique complexe, pratiqué des mathématiques avancées et construit une architecture sophistiquée, l’écriture ne s’y est jamais développée comme elle le fit ailleurs. Les intellectuels ont ignorés les traditions spirituelles des Amérindiens en faveur du judaïsme, du christianisme et du bouddhisme, qui ont laissé des traces écrites. » ~ Alberto Villoldo, PhD

Laissez-moi ajouter que les traditions judéo-chrétiennes et le bouddhisme possèdent également une composante de guérison. Mais bien qu’elle n’ait jamais dominé dans ces courants, elle a toujours été pratiquée et développée, encore aujourd’hui

Alors quelle est l’originalité de la guérison dans l’approche santé ?

C’est une approche non-mécanique de la santé et du mieux-être, ainsi qu’une unicité psychologique et spirituelle. Elle prend en compte les parties individuelles, mais s’étend à leur somme. Elle est centrée sur la personne plutôt que d’être une intervention sur la maladie. Elle comprend les symptômes comme des signaux et prend en compte l’information qu’ils envoient. elle traite les besoins immédiats, mais c’est également un style de vie.

Être un « style de vie » signifie qu’elle est un processus constant, même en période de santé – ou elle devient lors préventive. Ainsi, elle est préventive avant que la santé défaille et restauratrice après. Si elle est adoptée en tant que conscience individuelle, elle donne l’opportunité d’éviter la défaillance de la santé. Lorsque la santé décline, la guérison est intelligente au-delà du simple fait de rétablir la personne: des ressources émotionnelles, mentales et spirituelles sont également libérées dans son processus, en tant qu’aide au retour à la santé. Au cas où le bien être émotionnel et mental est l’enjeu de la santé, elle a un accès direct à ces couches de l’être, notamment au système limbique. Comparativement, le développement psychologique et/ou spirituel induit par un traitement via la médecine moderne est presque infime. Tout se passe en externe, du diagnostic aux tests, en passant par les interventions.

Il est important de réaliser qu’elle implique un destinataire et que ce dernier doit être actif dans sa mise en oeuvre. Le destinataire doit être présent et engagé afin qu’elle puisse avoir lieu.

Contrairement à la médecine moderne, elle n’est jamais de l’extérieur vers l’intérieur: le changement vient de l’intérieur. Et seul le destinataire peut traiter et assimiler les perceptions et les changements qui se créent et laisser ces transformations avoir lieu. Cette évolution, ce « nettoyage » de l’être, peut être facilité et accentué par le donneur – qui est un facilitateur, un amplificateur, un guide de force et d’encouragement. Le donneur possède plusieurs caquettes, mais le changement en lui-même dépend de la personne qui désire le changement. Ce dernier s’accomplit progressivement lorsqu’un individu envisage un autre mode de compréhension de son corps et du monde.

Elle est non-invasive. Il ne s’agit pas d’une intervention. Elle est co-créée avec le destinataire, dès que ce dernier est impliqué dans son propre processus.

Elle soutient la personne et son inclinaison biologique à un équilibre de santé. Elle renforce le pouvoir inné qui existe déjà dans chaque être et l’aide à récupérer un équilibre, afin que ce pouvoir devienne une force omniprésente à travers son système biologique et sa vie.

Une guérison efficace dépend de la conscience de soi. Elle va au-delà du temps passé avec le donneur. La personne devient actrice de sa guérison à travers ce qu’elle a appris et assimilé. 

Voici ce qui n’est pas pris en compte :

« De nombreux médecins considèrent que leur travail ne consiste qu’à examiner le corps. Un docteur peut dire, « enlevez vos habits, inspirez, expirez, ouvrez la bouche, tirez la langue, dite « ahhhh »,… Voici la prescription, aller la chercher à la pharmacie et prenez vos médicaments. » Mais si nous sommes malade, nous aurions peut être également besoin de guérison spirituelle. Nous avons besoin que quelqu’un nous dise « asseyons-nous ici, respirons ensemble. Calmons nos esprits afin qu’ils soient apaisés »  ~ Thich Nhat Hanh

Elle se passe en cohésion avec le destinataire. Elle ne peut se passer dans le vide. Et pour qu’il s’agisse d’un vrai rétablissement, elle doit inclure tout ce qu’un être humain est, et non pas uniquement son corps physique.

Elle est le voyage. Et la destination, c’est vous ! La reconnaissance complète de tous les différents aspects de vous-même – votre joie, votre douleur, votre tristesse, votre plaisir – vous mène à la source de qui vous êtes. Ce n’est qu’en ayant un contact intime avec cette source que vous expérimenterez la plénitude de votre vie. Ce n’est qu’en regardant courageusement à l’intérieur de vous que vous pourrez accueillir pleinement le paysage de votre vie et vous ouvrir complètement à tout l’amour et à toute la compassion qui existent à l’intérieur de vous.

 

Aymeric.G

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.