Trouver la paix dans le bruit de l’esprit

Vous n’êtes pas unique. Mais ironiquement, la plupart d’entre nous pensent l’être!

Dans un précédent billet intitulé “Fausses croyances sur la Méditation” , j’explorai deux fausses croyances que j’entend régulièrement:

1. Le but de la méditation est “d’arrêter de penser” (loin de là!)

2. La méditation c’est contrôler ses pensées (hé non! d’ailleurs si vous y arrivez, sachez que vous venez d’une autre planète!)

Il est important de déconstruire ces fausses croyances car beaucoup de nouveaux “méditants” se retrouvent frustrés et décident d’abandonner.

Ces dernières semaines, je m’aperçois qu’il existe une autre fausse croyance (ou excuse!):

3. “Mon esprit est trop encombré pour méditer!”

Cette mini phrase nous ramène au fait que vous n’êtes pas unique. Chaque semaine, je reçois des messages ou j’échange avec des personnes qui pensent être les seuls à avoir un esprit qui s’échappe constamment, qui pensent être plusieurs dans leurs tête, avec des pensées qui affluent constamment.

Ces personnes croient que leur esprit est plus encombré que celui des autres et ne peuvent envisager la possibilité que nous souffrons tous du même mal!

Or c’est bien le cas. Comme le dit Eckhart Tolle, “la condition humaine est perdue en pensées.”

Lorsque nous sommes enfants, nos parents nous disent que nous sommes uniques. Cela part d’une bonne intention, la meilleure du monde sans doute, mais la graine qui germe en nous finit par nous isoler — comme si nous étions différent de notre voisin. S’ensuit le sentiment de solitude, voire le développement d’une vision du type: “moi contre le reste du monde”.

Mais nous ne sommes pas si différents. Nous partageons tous un lot commun de soucis*. Et le principal souci est un esprit extrêmement encombré!

Ironiquement, l’excuse que la plupart des gens utilisent comme raison de ne pas méditer est exactement la raison pour laquelle ils devraient!

Comme je l’ai abordé dans d’autres billets, le but de la méditation est de devenir conscient de notre esprit compulsif et du bruit mental continu qui imprègne nos jours. En cultivant notre conscience, nous apprenons à appréhender cette activité d’un point de vue neutre, sans jugement. En procédant de la sorte, nous découvrons que nous n’avons pas à nous enfermer dans des pensées, des émotions, et des pulsions ; nous apprenons que nous n’avons pas à nous attacher à elles et en faire “nos histoires”.

Ceci est le premier pas vers la libération.

Le challenge que je vous propose est le suivant: octroyer vous 10 minutes le weekend prochain, pour observer votre esprit. Prenez 5 minutes Samedi et 5 minutes Dimanche, asseyez vous sur une chaise avec votre dos bien droit et concentrez votre attention sur votre respiration à mesure que vous inspirez par le nez et que vous expirez par la bouche. (vous pouvez aussi vous concentrer sur votre poitrine qui se soulève et se rabaisse à chaque respiration).

Lorsque vous remarquerez que votre esprit commence à s’échapper et que vous fixez certaines pensées, revenez simplement à votre respiration. A chaque fois que vous réalisez cela, vous entretenez votre conscience (du moment présent) et renforcez votre concentration.

Je ne vous cache pas, sans avoir de boule de cristal, que votre esprit va vagabonder! Mais ne soyez pas frustré. Tant que vous réalisez que vous vous échappez et que vous revenez à votre respiration, vous êtes sur la bonne voie!

Vous pouvez vous accorder 10 minutes ce weekend, n’est ce pas? Si vous faites ceci Samedi et Dimanche, vous pourrez certainement le faire d’autres jours de la semaine..vous pourrez même le faire deux fois par jour..et vous pourrez même faire passer votre session à 10 minutes au lieu de 5..

C’est ainsi que l’on créée une habitude (saine!) — un pas à la fois. Il faut juste commencer.

Qu’obtiendrez vous en échange de ces efforts? Vous vous rendrez compte rapidement que les luttes auxquelles vous deviez faire face chaque jour (stress, anxiété, peur, dépression, regret,..) auront de moins en moins d’emprise sur vous. Les épreuves de la vie ne vous affecterons plus autant qu’elles le faisaient auparavant.

A la place, la joie, la paix, et le contentement viendront à vous plus rapidement (et surtout vous habiterons plus longtemps!). Vous pourriez même découvrir que ces sentiments ont toujours été là, mais qu’ils étaient oblitéré par votre esprit compulsif et le bruit mental constant.

*se réfléchir dans cette réalisation mentale — que nous partageons tous un lot commun de soucis — vous aidera également à cultiver la compassion envers vous même et envers les autres. Un petit mantra quotidien à vous remémorer: Vous n’êtes pas unique (alors ayez un peu de compassion pour vous-même)

Namaste

A très bientôt! #StayTuned

Retrouvez nos guides gratuits à télécharger sur notre site Zenergies
Suivez nous sur Facebook & Twitter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.