Changer en conscience pour une année résiliente

Réaliser des changements c’est commencer par accepter ses imperfections et rediriger son attention sur ce que l’on A et ce que l’on EST, ici et maintenant.

Et si, avec l’arrivée de cette nouvelle année, nous ne nous arrêtions pas aux rigides (et souvent illusoires) résolutions, mais que nous l’envisagions plutôt comme un terrain d’exercice? Avec les résolutions, existent des règles implicites auxquelles on se tient..jusqu’à ce que ce ne soit plus le cas ! Vous voyez ce que je veux dire?… Et nous revoilà à (re)tomber dans les bons vieux pièges mentaux habituels genre « Je n’arrive pas à m’y tenir » ou « Je n’ai aucune volonté ». Il s’ensuit une apathie (type « je n’ai qu’une envie, regarder des séries enroulé dans une couette en buvant du chocolat chaud ». Estocade finale, avec la pensée qui tue : « Quel intérêt? »… Donc oui, quel intérêt?

Épargnez vous cela. Il existe un autre moyen !

Trois étapes pour une nouvelle année résiliente

1) Attendez-vous à dévier: très souvent, c’est une réalité que nous nous refusons de nous avouer. Nous nous égarons presque toujours dans les buts que nous nous fixons, pour X raisons. Avant que l’un ou l’autre des scénarios de votre comportement d’errance ne se mette en place, passez directement à la deuxième étape.

2) Ne jugez pas: votre comportement d’errance n’est ni une bonne, ni un mauvaise chose. C’est juste la trajectoire normale de quelqu’un qui souhaite mettre en place des changements. Notez simplement que vous vous êtes fourvoyé..et à quel moment, afin que vous puissiez le graver dans votre mémoire et y faire attention plus tôt la prochaine fois. Passez à la troisième étape.

3) Refocalisez-vous: Ramenez vous doucement au projet que vous vous étiez fixé et voyez si vous avez envie d’y apporter des modifications.

Il est important de rester ouvert envers vous-même ; vous êtes parfaitement imparfait(e) et vos actions en sont le reflet ; la question à se poser est : pouvons nous accepter la réalité de nos imperfections ? Inutile également de se souhaiter bonne chance, car changer n’est pas une question de chance mais une question d’état d’esprit : être bon et compatissant envers nous tandis que vous dérivons de nos objectifs initiaux, en toute conscience.

Pour finir, je voudrais partager avec vous les vœux de Nassrine Reza, que je trouve très justes et très profonds:

Tu as des désirs, mais…
Chaque désir, aussi noble soit-il, découle d’un non-accueil face à ce qui est maintenant.
Tu aspires à la liberté, mais …
Vouloir être libre, c’est maintenir l’illusion de l’emprisonnement.
Tu souhaites intégrer de nouvelles choses, mais …
L’envie d’intégrer quelque chose, renforce l’idée d’un manque.
Tu veux garder espoir, mais …
L’espoir te fait croire que ce qui t’est offert maintenant est un défaut de fabrication.
Tu as l’intention d’aider l’autre, mais …
Avoir l’intention d’aider l’autre, c’est le maintenir dans la croyance qu’il ne se suffit pas à lui-même.
Tu aimerais incarner l’amour, la sagesse, la compassion, mais …

Avoir la volonté d’incarner quelque chose, c’est créer de nouveaux concepts.

Alors, pour cette nouvelle année, qui n’existe pas, je ne te souhaite rien du tout.

Pourquoi ?

PARCE QUE TA VÉRITABLE NATURE ENGLOBE DÉJÀ TOUT
PARCE QUE TU ES DÉJÀ PARFAIT MAINTENANT

ET CE QUI EST PARFAIT, N’ASPIRE À AUCUN BUT

Namaste

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.