Reiki et Guides Spirituels

Est-il pertinent de relier les « guides spirituels » et le système Reiki? Les puristes, partisans du système Reiki traditionnel, ne veulent pas en entendre parler. D’autres praticien(e)s les incluent dans leurs soins. Petit état des lieux.

De nombreuses cultures traditionnelles travaillent avec les guides spirituels, sans forcément utiliser cette terminologie. Un guide spirituel est l’énergie spirituelle d’un être n’ayant pas de forme physique. Pour comprendre ce concept, l’être humain à humanisé les guides spirituels en formes, images et/ou caractères différents de lui-même, ou à minima, en quelque chose de familier. Un guide spirituel est souvent envisagé comme l’esprit d’une personne ayant vécu, un animal, un élément naturel, ou un être d’une autre dimension/réalité. Le mot « guide » est l’argument de base dans la compréhension de ce qu’il est ; il ne s’agit pas juste d’un esprit, mais bien d’un esprit qui guide et conseille.

Les cultures traditionnelles qui communiquent avec ces esprits, ont des rites / rituels spécifiques. Le Chamanisme (pratiqué bien avant les Religions) et les rituels animistes, incluent souvent la pratique de communion avec le monde des esprit. Ces pratiques sont généralement réalisées par une personne qualifiée pour le rôle. Pour être considérée comme Chaman, la personne doit traditionnellement avoir hérité du don, avoir été instruit et formé par un Chaman reconnu ou avoir acquis le savoir chamanique par d’autres moyens. Ces méthodes permettent d’être certains que le chaman possède la force, le savoir et le savoir-faire pour gérer le poids de la responsabilité d’être le lien entre la Terre et les Mondes Subtils.

L’histoire du système Reiki ne semble pas pointer dans cette direction. Cependant, comme le reiki est un système japonais, il reste intéressant de comprendre la place des guides spirituels dans cette culture.

Au Japon, l’acquisition de pouvoirs ascétiques (clairvoyance ; clairaudience ; clairsenti) est une pratique traditionnelle appelée shugendō (修験道), qui signifie littéralement « le chemin de la formation et de l’essai ». Le but du shugendō est le développement d’expériences de pouvoirs spirituels (gen) par la pratique () vertueuse de l’ascèse (shu). Les pouvoirs sont développés via des pratiques extrêmes que bon nombre de personnes aujourd’hui considèrent inapplicables. Jeûne et eau glacée sont des méthodes courantes utilisées pour gagner en clarté et en concentration, qualités requises pour être capable de développer ses pouvoirs.

Dans « The Catalpa Bow », de Carmen Blacker, une clairvoyante Japonaise, Mrs Kataoka, jeûna durant une semaine chaque printemps et chaque automne, tout en réalisant le Grand Froid. Le Grand Froid c’est lorsque 40 litres d’eau glacée sont versée sur sa tête et ses épaules trois fois par jour, dans le but de développer et soutenir ses aptitudes à la clairvoyance. Une fois de plus, l’extrémité de ces pratiques permet de s’assurer de l’implication et de la compréhension profonde du clairvoyant quant aux pouvoirs ascétiques.

Kami, les Esprits divins, est très présent dans la culture traditionnelle Japonaise car c’est un aspect important du Shintoïsme. Ces Esprits Divins habitent le monde naturel et comprennent les esprits des éléments naturels tels que l’eau, les pierres, la terre..et des qualités telles que la fertilité. Ces anciennes interprétations Japonaises du monde jouent toujours un rôle majeur dans la culture Japonaise contemporaine. Pour communiquer avec un Kami, il vous est demandé de devenir un Kami. C’est seulement lorsque vous expérimenterez cet état que vous pouvez communiquer avec un autre Kami. La croyance fondamentale est que vous êtes en fait, déjà un Kami, dans la mesure ou chacun possède ce potentiel en soi. Cependant, pour atteindre ce potentiel, vous devez d’abord endurer une série de tests extrêmement austères durant votre vie.

Mikao Usui, le fondateur du Reiki, a créé le système à partir de ses expériences personnelles, ce qui inclut les aspects du Shintoïsme. Cependant, la technique Japonaise du Reiki telle qu’elle nous a été transmise, ne contient aucune technique directe nous apprenant à travailler avec un Kami ou un guide spirituel. Dans les techniques comme le byosen ho et le reiji ho, le praticien Reiki est appelé à développer ses capacités intuitives de l’intérieur. L’intuition est un processus interne qui se développe avec le temps et qui, s’il est entretenu correctement, peut devenir une porte ouverte pour se connecter à sa propre sagesse intérieure. Une grande implication à la pratique et le dépassement d’obstacles est là encore, demandé au praticien. A travers cette pratique, vous acquérez une compréhension de la différence entre une véritable intuition et le monde de l’illusion.

Aujourd’hui, des écoles / enseignants Reiki travaillent avec les guides spirituels, parfois même leur donnant le titre de Guides Reiki. Ce concept ne vient pas du système Reiki ; il a plutôt été enseigné dans les années 80 et 90, où l’intérêt New Age des guides spirituels se faisait sentir. Depuis, beaucoup parlent de leurs guides spirituels comme s’ils étaient leur propriété, leur « esprit de compagnie »..« Mon guide spirituel m’a dit.. ». Vraiment?

Combien de fois vous êtes vous dit que vous auriez besoin d’une bonne guidance? Si tel était le cas, est-ce qu’une fois par jour serait assez? Quelle joie ce serait de se connecter à un guide spirituel et s’entendre dire « Ne t’en fait pas, tout va bien se passer ». Nous vivrions certainement des vies très différentes si nous entendions cela chaque jour, de manière personnelle ; cela nous toucherait le cœur et nos actes en seraient influencés.

De fait, cela semble être une excellente idée d’avoir un guide spirituel ; J’ai d’ailleurs travaillé avec durant de nombreuses années, avant de me trouver gêné par cette pratique que j’estime aujourd’hui limitante dans le cadre du Reiki. Je connais beaucoup de praticien(ne)s qui font appel à leurs guides à chaque séance. Qui suis-je pour poser un avis? Je me permet juste de me questionner sur ce que connaissons vraiment du monde spirituel..

Voici quelques points que les praticien(ne)s qui désirent travailler avec les guides spirituels devraient garder en tête.

Si le but ultime du Reiki est de devenir Un avec l’univers, pourquoi les praticien(ne)s cherchent des réponses en dehors d’eux? Surement, si vous vous connectez au monde à un niveau énergétique profond (en devenant Un avec lui), vous n’aurez plus besoin de travailler avec des entités dualistes.

Est-il possible de croire que notre espoir réside dans un être spirituel? Lorsque vous méditez et que vous entendez une voix, ou que vous avez une pensée particulièrement entêtante, ou que vous voyez un visage – vous pouvez penser que vous avez rencontré votre guide. Il est tout à vous et de ce que vous comprenez, il vous aidera autant qu’un être non-physique le peut. Alors durant les 20 minutes suivantes, vous l’interroger sur tout ce qui vous vient à l’esprit – devez vous parler à votre fille de l’influence que sa meilleure amie a sur elle? Devez-vous investir dans l’appartement que vous avez visité la semaine dernière? Quelle est la meilleure activité pour vous aujourd’hui? Ainsi de suite..jusqu’à vous épuiser de questions. Votre guide spirituel vous répond fidèlement « Oui », « Non »…parfois vous n’en êtes pas sur mais tout cela est vraiment très fascinant…

Dans le monde physique – si vous vous teniez à côté de quelqu’un à un arrêt de bus durant 20 minutes, engageriez-vous cette conversation – feriez-vous confiance à cette personne en partageant avec elle vos plus profondes et vos plus sombres questions? Normalement, il vous faudrait plus de temps pour décider en qui avoir confiance et il vous faudrait encore plus de temps pour accepter leurs conseils sur de telles questions personnelles. Avant d’accepter une guidance spirituelle d’un étranger, il est sage de savoir de qui il s’agit et d’être capable d’engager la communication avec clarté et sens-commun.

Parler aux guides spirituels n’est donc pas aussi aisé que l’on veut bien le croire. Peut-être pouvez-vous vous demander « Est ce que tous les esprits sont là pour m’aider? » Si vous ne connaissez pas la réponse à cette question, êtes vous qualifié(e) pour demander une guidance à un esprit ou vous placez-vous dans une position vulnérable?

Une autre question que vous pourriez aimer à considérer: s’il est si simple de communiquer avec des guides spirituels qui peuvent répondre à mes questions importantes, pourquoi le monde est il un champ de bataille? Les gens parlent aux guides, aux dieux, aux divinités, aux êtres ayants de nombreuses formes et tailles et ce, depuis des centaines de milliers d’années et pourtant, la guerre continue de ravager notre monde. En cherchant les réponses en dehors de vous, ne négligez-vous pas de prendre la responsabilité de vos propres actions?

Vous pouvez voir pourquoi les cultures traditionnelles ont toujours exigé que le Chaman ou l’ascète passe par des tests de force et d’implication extraordinaires avant d’être « qualifié » pour le rôle d’interprète spirituel. La communauté est ainsi assurée que cet intermédiaire est véritablement solide et pas un chaman en plastique jouant avec des réalités superficielles qui peuvent parfois finir par voir le Chaman (ou quelqu’un d’autre) blessé à cause d’un manque de compréhension véritable.

Votre motivation pour communiquer avec un guide spirituel doit être constamment réévaluée car elle peut perdre en vitalité et devenir un attachement. Certains praticiens deviennent tellement « accro » au concept de guide spirituel qu’ils en arrivent à questionner leurs propres actions s’ils ne sont pas guidés par une force extérieure. Compter sur quelque chose d’extérieur à vous ne renforce pas votre capacité, cela affaiblit votre confiance en vous. Si vous continuer à chercher votre guide, sans contexte historique et compréhension de vos actes, vous pouvez en arriver à imaginer un guide. Ce fantasme est une distraction du chemin qui mène à la vraie réalisation.

Vous pouvez sentir qu’un guide spirituel a quelque chose à vous confier, vous pouvez choisir de prendre cette information ou pas, mais soyez sur d’utiliser votre bon sens. Faites passer l’information à travers vos filtres humains. Rappelez vous que pour qu’un soin soit vraiment efficace, vous devez abandonner le besoin de manipuler et de créer le soin. Le Reiki ne se fait pas. Le Reiki se vit. Le Reiki Est. Pour être pleinement dans cet espace, vous allez devoir être un(e) praticien(ne) expérimenté qui peut comprendre la signification du Reiki dans sa propre vie. En restant ouvert, sans attentes et sans jugement, vous, le/la praticien(ne), serez capable de gérer les aléas de votre vie, moment par moment et cette force viendra de l’intérieur et non de l’extérieur.

Pour aiguiser vos compétences intuitives en tant que praticien(ne) Reiki, il est recommandé que vous commenciez à pratiquer les deux techniques Reiki précédemment citées. Cette recommandation est faite avec la conviction que vous pouvez développer des pouvoirs ascétiques sans avoir à vous éloigner du système Reiki – tout est là, à disposition, offert, n’attendant que vous pour chercher plus profondément dans ses origines et ses pratiques. Ce système à surgi d’une culture forte et d’un passé historique riche, éléments qui, si respectés, vous aideront à avancer sur cette voie.

Bien sur, ces pratiques pour débutant font partie d’un système entier, aussi n’oubliez pas vos préceptes, vos méditations, vos positions de mains, et votre développement continu avec votre enseignant. Ce dernier sera capable de vous guider afin de choisir les techniques et les pratiques qui suivent les enseignements de base et ce, lorsque vous serez prêt. En renforçant votre intuition et votre connexion intérieure par la pratique de telles techniques et en vous y impliquant réellement, vous arriverez certainement à un point ou vous vous reconnaîtrez le potentiel d’un Kami.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.