Le véritable objectif de mon âme

Il était une fois..

Je naquis, comme tout le monde, avec un véritable objectif. Un destin original, unique, conçu « sur mesure », uniquement pour moi. Peut-être même en ais-je été l’instigateur ! Mon âme a été pensée pour s’épanouir,  conçue parfaitement équipée, imaginée avec des aptitudes et des talents naturels qui devaient me relier à l’élévation et au bonheur, animée par l’esprit, l’instinct (la petite voix intérieure) et la puissance créatrice illimitée de l’Univers.

Hélas..lentement mais sûrement, alors que je grandissais dans le chaos humain classique de la famille, de la société et de l’école, une inclination naturelle défia mon destin en me déconnectant de ma véritable source. Je me suis trouvé relié à une source artificielle guidée par les protocoles façonnant les masses. J’ai ainsi, comme la plupart d’entre nous, enclenché le mode « survie silencieuse » plutôt que d’embrasser pleinement la vie et prospérer. A travers les années, j’ai développé tout un ensemble de techniques d’adaptation et de schémas émotionnels pour faciliter ce processus. Le monde dans lequel j’ai été embarqué et que j’ai été obligé de suivre malgré moi plusieurs décennies, a entretenu la croyance d’un système général plus fonctionnel que les véritables individualités..allez comprendre !

Embarqué dans un navire sans raison et sans destination

Trop jeune pour comprendre ce système, je n’avais pas d’autre choix que de me conformer aux règles établies qui me gouvernaient. Je me suis mis à vivre une vie où la normalité était de manger, dormir, étudier, jouer, pleurer et rire. Petit à petit, le véritable et unique objectif de mon âme et son instinct naturel se sont éteint, tandis que les enseignant(e)s psalmodiaient des ordres au rythme de la sonnerie et que les parents appliquaient les règles que la plupart des autres familles suivaient sans sourciller. Parce que tout le monde le faisait, cela semblait être la bonne chose.

À l’école, l’enseignant(e) dictait quand faire pipi, quand se lever, quand se reposer, quand faire de l’exercice, quand lire, quand se taire, quand manger et quand parler, sans tenir compte de l’unique momentum de chacun(ne) pour effectuer de telles tâches. Au final, l’objectif individuel de mon âme perdit la puissance de son incalculable et authentique vision d’origine, pour devenir une vision entièrement contrôlée et quelque peu étriquée.

L’éveil de la survie

Ayant rajouté « produire », « acheter » et « obéir » à ma normalité quotidienne d’adulte, j’aurais pu finir ma vie aveugle et sourd. Mais peu avant mes 40 ans, mon âme affaiblie mais déterminée, accompagnée des restes de son pouvoir, lutta pour me (re)trouver en m’envoyant des signaux de douleur et d’inconfort sous la forme d’un burn-out. Elle estima que la farce avait assez duré et qu’il était temps de me rappeler qu’elle aspirait à une vie bien différente, une vie plus grande et plus créative ! Je l’ai d’abord senti ; mais comme la prise de conscience d’une véritable vision personnelle n’était pas aisée, je ne savais pas quoi faire de ces douleurs mentales et physiques qui attiraient mon attention. Est-ce que mon comportement est masqué derrière la confusion ? Est-ce que je continue à vivre dans le mauvais axe (travail / relations personnelles / vie sociale) ? Est-ce que je dois continuer à suivre le chemin que la société à tracé pour moi, chemin qui récompense la réussite du troupeau dirigé grâce à l’obéissance et à la discipline ? Dois-je continuer à évoluer dans un système de valeurs où l’acquisition d’un titre et le matérialisme règnent en maître et où je ne me reconnais pas ? …

Vivre avec une âme à moitié endormie était devenu la norme. Je continuais à sentir ces moments de vérité lorsqu’ils se glissaient dans mes rêves… lorsqu’un moment de silence me saisissait perdu dans la Nature, ou face à une émotion intense. Je sentais ces messages intérieurs qui tentaient de me connecter à la vision d’une vie magique et d’une destinée authentique. J’entrapercevais ce Moi libre, heureux et en harmonie avec ses capacités naturelles innées, capable de manifester son propre succès…mais sans pouvoir l’atteindre.

Imaginez-vous la détresse de savoir que nous avons été construits pour être mince et de réaliser que nous vivons dans l’obésité ? Que nous vivons séparé de notre état naturel ? Que notre âme était peut-être destinée à peindre des toiles, mais que nous nous retrouvons fonctionnaire ? Que nous sommes peut-être né pour l’amour près de l’océan, mais que nous vivons péniblement en ville ? Imaginez que notre vraie couleur soit le vert, mais nous ne portions du bleu…

C’est la réalité dans laquelle nous nous retrouvons lorsque nous nous étouffons tout seuls, victimes de nous-même, survivant uniquement grâce à nos mécanismes d’adaptation artificiels appris très tôt. Nous répétons ad-vitam les même schémas et nous y restons coincé.

Un nouveau voyage

Aujourd’hui, nous évoluons dans une culture où la conscience est chaque jour plus grande, où l’entraide et la médication naturelle et holistique sont de mise. Nous sommes tous en mode « réparation », récupérant d’une vie qui nous éloignait de l’objectif originel de notre âme et de son expérience naturelle d’épanouissement, pour celui de la survie. L’histoire de qui nous sommes aujourd’hui et de ce que nous avons appris à être, peut parfois, souvent, se révéler être au complet opposé de notre vérité originelle. C’est ce que nous avons du devenir pour survivre aux injustices d’un système de valeurs humaines émotionnel malsain et inadapté.

Le chemin du changement, ce que l’on nomme « développement personnel » (terme un peu « fourre-tout » ces derniers temps, je vous l’accorde), est courageux et ardu. Quelle est immense et belle l’intention de vouloir vivre une vie vraie ! J’aimerais que ce soit plus facile, j’aimerais pouvoir vous le dire..mais au final, tout effort prend son sens. Toutes les rencontres également. Une fois la route entamée, des aperçus de la victoire et des succès se glissent au milieu de nos journées, de plus en plus présents. Continuez, vous êtes sur la bonne voie ! Les petits signes (et les grands !) et les synchronicités nous apparaissent comme par miracle lorsque nous sommes prêts à les voir.

L’esprit humain à la recherche de SA vérité en terra incognita est l’un des parcours de vie les moins aisé. Cela exige une foi en soi, une soif de changement, une confiance inébranlable et constante. Cela nécessite également une vraie croyance en l’Univers et en sa guidance…tout en acceptant les mystères et les silences.

Chaque jour, j’apprends que c’est le voyage lui-même qui conduit à la réalité d’un changement d’attentes; attentes qui nous éloignent d’un résultat tangible et de la joie du voyage. J’espère arriver à destination avec l’objectif originel que mon âme s’était posé. Je nage à travers un océan depuis longtemps. Je suis allé trop loin pour revenir en arrière, mais je ne peux pas encore tout à fait voir la terre. Je dois continuer à nager.

Namaste

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.